Raison n°3 : Parce que la faim rend malade

La malnutrition est la première cause au monde d’immunodéficience. D’après l’OMS, la carence en vitamine A serait responsable de la mort de 1,2 à 3 millions d’enfants chaque année.

Malnutrition et infection : un cercle vicieux

C’est un fait : la malnutrition et les maladies infectieuses interagissent l’une sur l’autre.

Un organisme souffrant de carences aura du mal à résister et combattre les infections. Les maladies infectieuses comme la rougeole ou la tuberculose contribuent à la dégradation de l’état nutritionnel.

La malnutrition :

  • - prive l’organisme des nutriments nécessaires à son bon fonctionnement
  • - fragilise le corps humain face aux agressions bactériennes

L’infection :

  • - fait perdre l’appétit
  • - diminue la capacité de l’organisme à absorber les nutriments
  • - affaiblit le métabolisme

C’est un cercle vicieux. Voir le schéma de ce cercle.

Voir le tableau qui montre les relations de cause à effet entre malnutrition et maladies infectieuses.

IMG_1191_1Carences alimentaires : l’exemple de la vitamine A

Plusieurs études démontrent que des maladies de carences alimentaires réduisent la résistance de l’organisme face aux infections.

Une supplémentation en vitamine A permet de fortifier l’immunité, maintenir l’intégrité intestinale, diminuer l’incidence des infections respiratoires et de réduire le taux de mortalité dû à la diarrhée.

Le cas de la rougeole :

Même s’il y a nettement moins de morts qu’il y a 30 ans (2.6 millions de morts en 1980 contre 122 000 en 2012), la rougeole reste malheureusement l’une des causes importantes de décès des enfants de moins de cinq ans alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace.

La plupart des décès interviennent suite à des complications de la maladie et les enfants carencés en vitamine A contractant le virus sont exposés à un grand risque de mourir de la rougeole.

 

IMG_1247_1Nourrir et soigner

Dans son livre « La nutrition dans les pays en développement » Michael C. Latham, nutritioniste américain écrivait :

 » [...] La majorité des enfants des pays en développement souffrent de malnutrition avant d’avoir atteint l’âge de 5 ans. Les problèmes d’infection et de malnutrition sont étroitement liés, et pourtant les programmes de lutte contre les maladies transmissibles et les programmes d’amélioration de la nutrition sont souvent entrepris indépendamment les uns des autres. Il serait beaucoup plus efficace d’attaquer les deux problèmes en même temps.[...] « 

Le but premier des projets de soutien alimentaire du SEL et de ses partenaires chrétiens est d’apporter une alimentation équilibrée aux enfants. En parallèle, le suivi-santé et la prise en charge des soins des enfants font partie intégrante de ces projets.

Faire une différence :

logo-projets-TR
Je soutiens les enfants de Kelo